"nulla dies sine linea" - Agathe Pitié

Publié le par Pauline Duclos-Grenet

 

Apelle-et-le-cordonnier--2-.jpgAgathe Pitié, Apelle et le cordonnier

gravure sur linoléum, 30x42 cm

2011

 

 

 

 

Simple moulure ourlée d’une rangée de perles, terminée par deux cartouches ornés de motifs végétaux ou géométriques, le cadre ovale de cette gravure évoque les tableaux encastrés dans les boiseries des salles d’apparat de Fontainebleau, ou des salons du XVIIIe siècle. Tels les Mars et Vénus de Botticelli, les deux figures masculines se tiennent face à face, à demi étendues, épousant ainsi la forme oblongue qui les contraint.

Mais Agathe Pitié choisit de prendre à la lettre l’injonction d’Apelle « Sutor, ne supra cepidam ! [1]», et campe deux Hercules à la chevelure de lion, en véritables fétichistes. Ces podophiles se livrent avec application à leur activité, dans un joyeux enchevêtrement charnel et végétal, sous le scintillement des étoiles. Mais par-delà une lecture au premier degré du texte de Pline, le fétichisme est ici une passerelle vers une réflexion sur les relations de pouvoir, en jeu dans la récrimination d’Apelle. La conception de l’artiste se voit interprétée ici à travers une métaphore sado-masochiste, vers laquelle les chaussures qui jonchent le tapis végétal nous conduisent peu à peu. Le cartouche inférieur fonctionne comme une clé de lecture. De la base, élégant motif végétal, se déploie la chaîne d’un collier hérissé de clous. Au centre du cartouche, en double inversé des deux Hercules, deux escarpins à talon hiéroglyphiques, signent la gravure comme un clin d’œil.



[1] Cordonnier ! Rien au-dessus de la chaussure !

 

 

 

* * *

 

Agathe Pitié a obtenu en 2010 le Diplôme national supérieur des Arts plastiques avec les félicitations du jury ; elle a fréquenté à l’ENSBA les ateliers d’Anne Rochette et Jean-Michel Alberola. Pendant ses études, elle a remporté ou été finaliste de plusieurs concours (prix de l’Académie française des Beaux-arts, concours l’ « Art s’invite à table ») et a illustré des ouvrages pour L’Harmattan-jeunesse et les éditions du Sandre. [http://lestravauxdepit.blogspot.com]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Nulla dies sine linea

Commenter cet article